Le lâcher prise, c’est accepter tout en gardant confiance…

Voici un texte écrit pas Sophie Peters, psycho-praticienne, thérapeute systémique, qui officie également sur Europe 1(La Libre Antenne).

« Quand quelque chose bloque, le premier levier de changement c’est l’acceptation. Souvent l’acceptation est assimilée à la résignation : on baisse les bras, on abandonne on s’en remet à ce qui est. Or l’acceptation c’est en fait prendre du recul pour reconnaître ce qui est dans l’instant. Vous me direz : « mais il y a parfois des évènements comme la maladie par exemple que nous trouvons inacceptables ». Alors comment accepter l’inacceptable ? En fait la nature nous l’enseigne. Une graine va sortir de terre pour aller chercher la lumière. Elle va rencontrer des obstacles qu’elle va détourner pour se développer. Nous sommes à l’image de cette graine. Notre terre nourricière ce sont nos valeurs, ce qui donne du sens à notre vie. Notre chemin est de grandir, d’aller vers notre lumière. On va rencontrer des obstacles inhérents à la vie sur notre parcours. A nous d’accepter les impondérables de notre chemin. Mais pour accepter il nous faut d’abord accueillir les émotions que ces obstacles provoquent en nous : la colère, la tristesse, la peur. Prendre un espace, un moment pour lui donner le moyen de s’exprimer. Et comprendre qu’à vouloir tout maîtriser dans la vie, y compris la vie des autres, on se crée des blocages. Donc accepter c’est le fameux lâcher prise sur le fait qu’on ne peut pas tout maîtriser, que comme le disait Epictète tout ne dépend pas de nous. C’est le chemin de notre puissance aussi paradoxale que cela puisse vous paraître. Car comme le dit l’adage, « ce qui résiste, persiste » et plus on lâche plus ca s’efface.  »